Nos dernières actualités

Examen général d’un terrain : le complément d’une étude de sol

Le fait de compléter une étude de sol par un examen général permet de mieux comprendre la nature du terrain et les contraintes à prendre en compte avant de débuter une construction. Bien qu’une expertise soit recommandée, le maître d’ouvrage peut aisément procéder lui-même à l’examen général. Il suffit pour cela de faire appel à son sens de l’observation. Voici les points à considérer durant cette étude minutieuse.

Examiner la topographie

La topographie se définit comme la configuration du terrain, représenté graphiquement. Elle fait également référence aux différentes spécificités du sol concerné. Dans le cas d’un terrain en pente, il faut savoir que les risques sont constants. Le versant étant constitué de colluvions, le terrain concerné peut s’avérer hétérogène et être vulnérable aux glissements. Si l’examen visuel indique la présence d’une pente, il faut envisager des fondations adaptées pour éviter l’apparition de désordres structurels à l’instar des fissures. Par ailleurs, la présence d’un cours d’eau dans les environs soumet la future construction aux risques d’inondations. Il est impératif d’en tenir compte avant d’élaborer un projet.

Examiner les bâtiments voisins

Si des constructions sont déjà présentes aux abords du terrain à bâtir, il est important de prêter une attention particulière à leurs structures. La présence de fissures sur un nombre élevé de bâtiment laisse présager une instabilité du sol. Toutefois, les malfaçons ne sont pas à écarter. Si les propriétaires ont bâti leurs maisons sur vide sanitaire, cela signifie probablement que le sol est considéré à risque. C’est particulièrement le cas en présence d’un cours d’eau non loin du terrain à bâtir. Les constructions environnantes permettent donc d’anticiper les désordres en adaptant les fondations au terrain.

Comprendre la toponymie

La toponymie se décrit comme l’étude étymologique des noms de lieux. Certaines rues incitent immédiatement à la prudence, rien qu’à leur appellation. Les risques encourus sont généralement liés à l’environnement. Par exemple, il y a des risques importants que la rue des Eaux soit soumise au risque d’inondation, au même titre que la rue de la Mare. Un terrain situé à la rue des Tuilerie pourrait éventuellement se trouver sur une ancienne carrière argileuse et être vulnérable au risque RGA (retrait gonflement des argiles). Il faut également rester vigilant avant de construire sur la rue du Plâtre dont la solidité peut laisser à désirer.

Examiner la végétation environnante

L’examen général qui s’additionne à l’étude de sol s’achève par l’analyse visuelle de la végétation. Un arbrisseau ne représente pas de risque dans l’immédiat. Toutefois, c’est la taille de l’arbre à l’âge adulte qu’il faut prendre en compte. Si un coin d’ombrage et de verdure fait du bien aux êtres vivants, il ne faut pas oublier que les racines se développent continuellement dans le sol. Ce sont ces racines, parties invisibles à l’œil nu qui constituent la principale menace pour les constructions et principalement les fondations. L’expertise est de ce fait recommandée afin de déterminer le type de fondations et la profondeur d’ancrage idéale pour anticiper les désordres.

Expertise fissures

Partager sur Twitter | Partager sur Facebook | Imprimer la page

A propos d'Amandine

This is a unique website which will require a more modern browser to work! Please upgrade today!